Renforcer l’accès aux droits

C’est une préoccupation permanente de notre organisme.
Un exemple permet d’illustrer le travail et l’investissement de la Caisse : l’approche du traitement des dossiers comportant une prestation handicap : Aah et/ou Aeeh.

La communication 

En fin d’année, des moyens sont déployés pour obtenir les montants des pensions perçus (invalidité, …) qui permettent de calculer les droits en année N+1.
Sans ces informations, les droits sont suspendus en février.

En 2022, des campagnes de phoning sortant ont été réalisées pour obtenir les éléments. Cette démarche permet de faire de la pédagogie auprès d’un public parfois en difficulté.

L’approche populationnelle

Cette démarche nouvelle testée par certaines Caf a été déployée à la Caf des Ardennes sur un premier segment, celui du Handicap.

Ce choix n’a pas été réalisé au hasard. Il correspondait à la nécessité de diminuer les délais de démarche des pièces sur ce segment, supérieurs à la moyenne du réseau et à la moyenne des autres pièces des minimas sociaux.

Cette démarche consiste en ne plus traiter par prestations mais par profil allocataire.

La démarche commencée en fin d’année 2022 a déjà permis de voir des pistes d’amélioration en vue de favoriser l’accès aux droits.

Le partenariat

Dans le cadre des travaux préparatoires à la mise en place de l’approche populationnelle, des rencontres ont été organisées avec les IME et ITEP du département. L’objet de ces réunions a été d’évoquer la problématique de la méconnaissance de l’obligation de déclarer les durées d’internat des enfants ouvrant droit à la prestation Aeeh. Ces situations complexes génèrent trop souvent des trop perçus lors de contrôles a posteriori. Les échanges ont permis de faire remonter des pistes d’amélioration au niveau national.

Le partenariat avec la MDPH s’est renforcé en 2022. Désormais, la MDPH nous adresse en amont la liste des dossiers prêts à passer en Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) afin que nous mettions à jour le dossier. Ainsi à réception des dossiers de la MDPH à l’issue de la Commission, les dossiers peuvent être traités dans la majorité des cas sans avoir à réclamer de nouvelles pièces.

Retour en haut